• Accueil
  • > I.m.Un Dieu, une Nation, quatre Îles, un Peuple

Archives pour la catégorie I.m.Un Dieu, une Nation, quatre Îles, un Peuple

Un Dieu, une Nation, quatre Îles, un Peuple

Un Dieu, une Nation, quatre Îles, un Peuple dans I.m.Un Dieu, une Nation, quatre Îles, un Peuple 2880495724_1

 

Et c’est parti pour la fin! Le Comorien était connu pour sa peur du sang, son humanité extrême, même quand tout val pour lui et les siens. Il était également connu pour être quelqu’un pour qui tout, absolument, peut se régler dans et par le dialogue. Je n’étais pas quand, en 76 ou 77, je ne sais plus car c’est dans un roman, La République des Imberbes, que j’ai lu, après que l’on m’ait ressassé mille et une fois, l’histoire de Soulé Boina Mdroim mgu, cet assassin dont l’acte avait horrifié ce peuple pacifique des Comores.

 

On dit d’ailleurs du Comorien qu’il a si peur du sang qu’il évite de faire couler celui d’un poulet. L’assassinat de cet homme pour lequel je n’avais aucune sympathie, surtout parce qu’il a servi de pion à Babou Nnari, témoigne d’un changement radical des cœurs pacifiques et pacifistes, qui jadis faisaient le charme et l’honneur des Comores. On tue, depuis la fin des années 80, pour un régime de bananes, alors qu’autrefois pour déloger une araignée, nos mères l’avertissaient des semaines à l’avance. Je l’ai vécu, comme vous tous qui êtes nés aux Comores et y avez grandi.

Est-ce cela la mondialisation? Est-ce le prix à payer pour que notre pays retrouve sa santé mentale? Je doute fort. La politique ne doit aucunement pousser les uns et les autres à s’entre-tuer. Comorien, d’où que tu sois, toi et moi sommes frères! Comorien, quelle que soit la couleur de ta peau, toi et moi nous nous ressemblons, de par les traits physiques que sont les 4 étoiles qui fondent notre pays. Alors, combats mes idées, ma pensée, ma politique, mais ne combats pas ma personne, car c’est la même que la tienne. Me tuer c’est te tuer, te tuer, c’est me suicider.

Chers frères, les temps ne sont, je le sais, pas à la raison. Encore moins à la philosophie. Cependant, les torts de Sambi, dont le principal est de continuer à diriger le pays alors qu’il ne devrait plus le faire, au regard de la loi, ne doivent conduire à la politique du chaos. Ce qui se passe actuellement, chez moi à Mohéli, car même si je n’y suis pas né, c’est chez moi, me fend autant le cœur que le putsch constitutionnel des autorités de l’union. Rien ne peut justifier que l’on sorte l’étendard colonial à Mohéli. Qui inviterait son ennemi chez lui pour aller ne serait-ce qu’insulter son oncle? Pas un Comorien ne le ferait. Alors, pourquoi le faisons-nous dans nos îles? Le chantage du séparatisme doit immédiatement cesser. Disputons-nous autant que nous voulons mais ne nous tuons pas et faisons pas sauter le verrou de la maison nationale, notre manyahouli à tous. Chers amis qui intervenez ici et ailleurs, abandonnons les insultes, surtout celles touchant les prunelles des yeux de notre nation que sont nos îles. Nul ne naît ni pour dominer, ni pour être dominé. Les Anjouanais et les Grands- comoriens ne sont plus prédisposés à gouverner ce pays plus que les Mohéliens. Arrêtons ces âneries. Un Dieu, une Nation, quatre Îles, un Peuple.

Votre frère Mohamed Bajrafil

 



Vidéos

Dernières vidéos

décembre 2017
L Ma Me J V S D
« déc    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Sondages

Comment avez-vous connu ce blog ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Choisis donc la vie... Dt... |
ESCUELA DE MAGIA DE AVALONC... |
Chercher dans ma vie Ta pré... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A.C. MINISTRIES
| UMMA SHOP
| timothee1966