• Accueil
  • > I.j.La propagation du chiisme aux Comores

Archives pour la catégorie I.j.La propagation du chiisme aux Comores

La propagation du chiisme aux Comores, un mal secondaire

 

La propagation du chiisme aux Comores, un mal secondaire  dans I.j.La propagation du chiisme aux Comores chiite

J’ai appris, dans les colonnes arabes d’Albalad, l’organisation, mercredi 27 juillet 2011, du premier colloque organisé par la faculté Imam alChafi de la jeune Université des Comores (UDC). L’événement est, indiscutablement, à saluer car c’est le premier du genre. Des travaux scientifiques pourront y être produits – qui serviront certainement à davantage définir l’identité religieuse des Comores, tiré aujourd’hui entre un conservatisme chafiite et soufi, tenu et défendu par les maîtres traditionnels, dont la principale référence reste le Minhadj altwalibin de l’imam Nawawi et un autre conservatisme, récemment importé par quelques diplômés des universités saoudiennes, prenant, parfois, pour vérité divine les propos du célèbre savant musulman, Ibn Taymiya, du 8ème siècle après l’hégire, sous couvert de propos du prophète.

Mais la percée, à priori, tonitruante du chiisme aux Comores, ces derniers temps, semble fédérer ces deux courants sunnites, qui, le moins qu’on puisse, sont loin d’être amis. Il est tout à fait naturel que la seule vraie institution académique islamique aux Comores, qu’est la faculté Imam alChafi, s’intéresse d’abord au devenir de ce nouvel invité dans l’islam comorien et à ses répercussions sur la stabilité du pays, avant de chercher à réconcilier ou concilier les positions parfois antinomiques des deux islams comoriens susdits. On comprend donc que le chiisme soit au cœur du premier colloque organisé par la jeune institution. Le ton utilisé est, en revanche, quelque peu agressif, à mon goût. Que dire de son objectif « La propagation du chiisme et son danger pour la sécurité et la paix dans le pays », sinon qu’il s’agit d’une déclaration de guerre ?

Après tout, n’y-a-t-il pas plus grave que cela dans le pays, qui mériterait l’attention de cette faculté ? Et si on parlait, par exemple, de la violence meurtrière qui sévit ces derniers temps dans le pays ? Ne menace-t-elle pas plus la sécurité et la stabilité du pays que l’entrée du chiisme aux Comores ? Et de la violence faite aux enfants, ces êtres angéliques que des hommes sans foi ni loi agressent physiquement et, parfois, sexuellement dans une impunité quasi-totale ? Quoi de plus grave ?

Celui qui s’en prend à un enfant, s’en prend à une nation car c’est au futur adulte, force vive d’une nation, au parent ciment de toute société etc. qu’il fait violence. Il est, à ce titre, doublement criminel et mérite une peine décuplée. Or, ces assassins se promènent souvent librement dans le pays.

Manger à sa faim reste toujours hors de portée pour le Comorien lambda. Chercher à solutionner ce problème ne fait-il pas partie des principales priorités de l’islam, loin devant ces querelles de mosquée dans lesquelles cette faculté semble se lance aujourd’hui ?
Comparé aux causes sus-énumérées, le chiisme aux Comores, comme ailleurs, est un problème périphérique, aussi bien du point de vue simplement humain que du point de vue de la religion. J’en veux pour preuve la première injonction faite à Adam et à Eve, sa femme, alors au paradis, qui n’a été rien d’autre que de protéger son corps contre la faim, la soif, la nudité et l’exposition au soleil. C’est au reste le sens des versets 118 et 119 du chapitre XX du coran (Twaha) dans lequel il est dit :
« وَأَنَّكَ لاَ تَظْمَأُ فِيهَا وَلاَ تَضْحَىٰ . تَعْرَىٰ وَ لا فِيهَا إِنَّ لَكَ أَلاَّ تَجُوعَ ».

On ne peut pas demander à quelqu’un qui n’a pas mangé pendant une semaine autre chose que de se sustenter, pour éviter la mort. Or, c’est la principale maladie du Comorien. Son souci est loin de chercher à savoir qu’est-ce qu’être chiite et qu’est-ce qu’être sunnite ; il veut à manger. Faisons des colloques sur le rôle du travail en islam, l’importance de la création et de la créativité dans cette religion, seuls moyens de lutter contre la malnutrtion, encouragez le peuple au travail. C’est seulement de cette façon que nous arriverons d’abord à éradiquer la faim et la délinquance et finirons par barrer la route aux ambitions expansionnistes et prosélytes du chiisme iranien.

Les religieux, que vous êtes, mesdames et messieurs les cadres et enseignants de la faculté islamique des Comores, doivent éviter les abysses dans lesquelles beaucoup de nos pays frères sont tombés. A trop vouloir mettre en garde contre quelque chose, on finit par y pousser les gens. Aujourd’hui, dans un pays comme l’Egypte, une guerre de tranchées s’est déclarée entre certaines factions salafistes wahabites et l’institution multi centenaire, qu’est l’Azhar, pour des questions secondaires, qui ne font avancer en rien la vie de l’Egyptien ordinaire, qui, comme le Comorien, lutte au quotidien pour sa survie.

Comprenez une bonne fois pour toutes que la vie c’est la religion et la religion, c’est la vie. La dichotomie « دين et دنيا» (dounya et dine) est ment infondée, car c’est dans et à travers la vie que la religion doit être observée pour espérer des lendemains meilleurs, dans l’au-delà. Il n’y a pas de vie monacale en islam. C’est le prophète qui le dit.

Dites au peuple que le meilleur des musulmans sera, aux Comores, comme partout dans le monde au demeurant, celui qui rendra inexistante la faim, éradiquera le chômage et l’analphabétisme par une invention, une idée, une méthode, et que sais-je encore. Pas celui qui ne quitte jamais la mosquée. Combien de versets du coran parlent de cela ? Combien, parmi les hadiths du prophète de l’islam traitent de l’importance du travail ? Dites-le aux gens, puisque vous les connaissez, c’est vous qui nous les avez appris. Dites-leur sur, par exemple, les 6235 versets que compte le coran, à peine 300 parlent de lois et de normes juridiques, soit moins de 4/ du coran ; que seuls 1500 à 2000 hadiths ont une portée juridique sur plus de 600000. C’est, dit Ibn Swalah dans son livre référence intitulé « Le livre des sciences du hadith » (Kitab ouloumi alhadithi) communément appelé Mouqaddimatou ibn s’swalah, le nombre de hadiths que connaissait par cœur, avec leurs chaines de transmissions, le grand imam Alboukhari. Soit également, moins 3/. Et le reste du coran et de la sunna, de quoi traite-t-il ? Ou de quoi parle-t-il le plus ? Des bonnes manières, du mérite etc.
Durant mes 19 ou 20 ans que j’ai passés aux Comores, jamais je n’ai entendu autre chose dans les sermons que l’enfer et ses châtiments multiples et le paradis et ses belles houris. Mais nom d’une chèvre, l’islam ne se réduit pas au halal et au haram (licite et illicite). Encore moins aux rawafidhat (appellation donnée à ceux qui contestent le califat d’Aboubacar, Oumar et Ounthman, que sont aujourd’hui les chiites) et aux nawaswibat (appellation de ceux qui s’en sont pris aux descendants du prophète, en leur refusant le trône, entre autres).

N’est-ce pas vous qui nous avez appris le hadith recueilli par l’imam Ahmad et d’autres qui dit « الساعة على احدكم و في يده فسيلة فليغرسها قامت اذا» (si la fin du monde trouve un de vous avec une plante dans la main, qu’il la plante). Que dire, de ce propos, d’autre que le travail est obligatoire, quand bien même on n’a pas le temps de jouir de ses fruits ?

Par ailleurs, vous savez que c’est plus pour l’appât du gain que par conviction que certains Comoriens passent du sunnisme au chiisme. Ce qui revient à dire que s’attaquer à la propagation du chiisme, c’est se tromper de cible, car le vrai danger, c’est la misère qui y pousse. Combattons-la tous, car c’est elle est la vraie menace de la paix et de la stabilité dans nos petites îles.
Aussi devons-nous arrêter de diaboliser le chiisme. Bien que certains savants, comme mon maître en sciences du hadith, Swafwat Hegazy, aillent jusqu’à les excommunier, les considérant ainsi comme des non- musulmans, des hérétiques, ils restent, eu égard aux principes fondateurs de l’islam, qui sont la foi en un Dieu unique, au prophète, à l’obligation de la prière, à celle de l’impôt légal (zakat) du jeûne et du pèlerinage, en la kaaba comme direction des prieurs et en la sainteté de l’homme, en tant que créature de Dieu, la considération comme interdits de la fornication, de l’adultère, de l’alcool, du crime, du vol, de la fraude et de la corruption, etc. des musulmans à part entière. Enfants, on nous a raconté des sornettes comme « les chiites disent détenir un autre coran que le nôtre », qui serait le vrai, « ils ne font pas la prière aux mêmes horaires que nous ».

Tout cela est infondé. Sauf chez quelques sectes extrémistes. Autrement, les djanfarites, qui constituent plus de 80/ des chiites, sont comme nous sunnites, sur les principes sus-énumérés. Qu’ils invectivent les califes est un pêché majeur, certes, mais il ne fait pas d’eux des non-musulmans, encore moins des dangers pour les musulmans sunnites, que nous sommes. En tout cas, ils ne menacent ni l’identité culturelle, gage de tout développement, ni l’identité religieuse, que votre colloque ambitionne de préserver, autant que les feuilletons français et américains, sur lesquels aucun colloque n’est prévenu. Ne nous laissons pas embarquer dans des guerres fratricides, par des gens venus de l’extérieur. La tolérance n’est ni plus ni moins que d’accorder à l’autre le droit et le privilège de jouir de la liberté, dont nous jouissons. Disons NON au prosélytisme chiite de tout état étranger. Mais accommodons-nous de tous ceux, parmi nous, qui l’auront choisi comme dogme. Il en va de la paix et de la stabilité du pays.

Mohamed Bajrafil  :
Chercheur associé au Laboratoire de Linguistique Formelle de Paris 7
et Imam-Khatwib aux Mosquées de Montreuil et d’Ivry/Seine
source : http://inoussa.centerblog.net/



Vidéos

Dernières vidéos

mars 2017
L Ma Me J V S D
« déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Visiteurs

Il y a 3 visiteurs en ligne

Sondages

Comment avez-vous connu ce blog ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Choisis donc la vie... Dt... |
ESCUELA DE MAGIA DE AVALONC... |
Chercher dans ma vie Ta pré... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A.C. MINISTRIES
| UMMA SHOP
| timothee1966